Ecrit par & déposé en vertu de Connaissance, Santé.

This post is also available in: Anglais

GURUJI_ADDDRESSING_PEOPLE (9)Comment rétablir la santé dans un organisme? D’abord, traiter l’élément éther, qui est l’élément du mental. Si votre mental est obstrué par beaucoup trop d’impressions et de pensées, il draine votre pouvoir de résistance et expose le corps à la maladie. Lorsque le mental est clair, calme, méditatif et dans un état agréable, la résistance augmente dans le corps. Il ne permet pas à une maladie d’y entrer.

Le premier remède est donc de calmer le mental, alimenté par l’éther. Ensuite, aller à l’élément air, la respiration. L’aromathérapie dépend de cet élément. Puis la lumière, la chromothérapie. On peut voir la maladie d’une personne avant qu’elle ne se manifeste dans le corps. Certains médecins ont fait des recherches sur la photographie de l’aura, particulièrement sur des cas d’ulcères, de cancer et de diabète. Ils ont pris des photos six mois avant que ces maladies se manifestent dans le corps et ont découvert des taches. En énergisant notre organisme avec le prana – énergie vitale ou souffle – vous pouvez nettoyer l’aura et prévenir la maladie. C’est ce que fait le yoga. Maharishi Patanjali, auteur des Yoga Sutras, dit que le but du yoga est de« mettre un terme à la tristesse avant qu’elle n’apparaisse. »

Ensuite, traiter l’élément eau. Jeûner à l’eau, purifier l’organisme avec de l’eau peut rétablir l’équilibre dans l’organisme. Et le dernier recours, bien entendu, réside dans les différentes plantes médicinales, médicaments et opérations. On fait appel à eux lorsque tout le reste a échoué ou lorsque nous avons négligé ces autres étapes; alors ils deviennent inévitables.

Notre respiration a beaucoup de secrets à nous révéler. Pour chaque émotion, il y a un rythme correspondant dans la respiration. Et chaque rythme influe sur une certaine partie du corps. La méditation consiste à observer le lien étroit qui existe entre ces sensations, le niveau du corps et l’état d’esprit du mental.

Avez-vous déjà observé les sensations que vous vivez lorsqu’une personne vous complimente? Ou lorsque vous contemplez un coucher de soleil ou êtes avec une personne qui vous est très chère et proche de vous? Vous ressentez une expansion du mental et de la conscience. Même si nous sentons qu’il y a du bonheur et des sensations, nous ne remarquons pas leur connexion. C’est parce que notre attention porte sur cet objet et non sur la sensation. Lorsque vous êtes malheureux, il y a une sensation de contraction. Quelque part à l’intérieur, vous vous sentez à l’étroit et tendu; il y a une contraction de la conscience – c’est cela le malheur, le chagrin.

La connaissance est de savoir ce qui apporte de l’expansion. Quel est ce quelque chose dans le corps qui se dilate et se contracte, qui se sent heureux ou malheureux, qui s’exprime et expérimente, qui évolue et vit les événements? Cette connaissance, cette recherche est l’étude de la conscience, de la vie, du prana, de l’Ayurvéda.

La respiration est le premier acte de la vie et aussi le dernier. Entre les deux, même si nous inspirons et expirons continuellement, nous ne portons pas attention à la respiration. Si vous observez la respiration, vous découvrirez qu’en une minute, nous respirons près de 16 ou 17 fois. Si vous êtes fâché, cela peut monter à 20; si vous êtes extrêmement tendu et en colère, peut-être 25 respirations par minute. Mais si vous êtes calme, agréable et heureux, vous respirerez 10 fois. Et si vous êtes en méditation profonde, seulement deux ou trois respirations.

Si vous observez un nouveau-né et son rythme respiratoire, vous serez étonné de voir à quel point il est régulier. Les bébés respirent à partir des trois parties du corps. Leur respiration est très profonde et lorsqu’ils respirent, leur ventre se gonfle; lorsqu’ils expirent, leur ventre entre. Mais si vous êtes nerveux ou tendu, vous faites l’inverse. Il n’est pas nécessaire d’aller à l’école ou d’apprendre ces choses de quelqu’un. Si votre mental est très attentif et observateur, vous apprendrez beaucoup seulement en observant les gens, les enfants et la nature environnante. Toutefois, notre mental est préoccupé par tellement de choses, de jugements, d’opinions et d’impressions que nous sommes incapables d’observer et de percevoir les choses raffinées dans la nature.

 

Laissez une réponse

  • (Se sera pas publier)